Auto-entrepreneur : quel chiffre d’affaire ne pas dépasser ?

Dépasser le seuil des 70 000 € de chiffre d’affaires en auto-entrepreneur est risqué !

L’auto-entrepreneuriat est un régime fiscal avantageux pour les micro-entreprises. Lire aussi : Peut-on tous devenir porteurs salariés ? Cependant, dépasser le seuil de facturation de 70 000 € est risqué, car vous risquez de perdre les avantages du régime fiscal.

Le régime fiscal de l’auto-entrepreneur est avantageux car il permet de bénéficier d’un taux de TVA réduit (5,5%). De plus, vous n’êtes pas soumis aux plafonds de revenus, ce qui vous permet de dépasser le seuil des 70 000 € sans perdre les avantages du dispositif fiscal.

Cependant, dépasser le seuil de 70 000 € de chiffre d’affaires est risqué car vous risquez de perdre les avantages du régime fiscal. En effet, si vous dépassez le seuil, vous serez soumis aux mêmes règles que les moyennes ou grandes entreprises, ce qui peut avoir des implications fiscales importantes.

Ainsi, si vous envisagez de dépasser le seuil des 70 000 €, il est important que vous consultiez un expert-comptable pour vous assurer de ne pas perdre les avantages du régime fiscal de l’auto-entrepreneur.

Lire aussi

Auto-entrepreneur: quelles charges à payer en 2022?

L’auto-entrepreneur est une entreprise individuelle dont les procédures de création et de gestion sont simplifiées. A voir aussi : Le SASU : un statut juridique avantageux pour les startupers ! Il est ouvert aux personnes physiques qui exercent une activité commerciale, artisanale, libérale ou agricole à titre principal ou accessoire.

Pour être indépendant, il vous suffit de vous inscrire au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) ou au Répertoire des Entreprises (RM) et de déclarer votre activité à l’Urssaf. Ensuite, les démarches d’inscription s’effectuent en ligne sur le portail auto-entrepreneur.

Le régime des auto-entrepreneurs a été créé afin de simplifier les démarches et les charges sociales des micro-entrepreneurs. En effet, les auto-entrepreneurs ne sont pas soumis aux mêmes règles que les entreprises traditionnelles. Ils bénéficient d’un régime fiscal et social simplifié et ne sont pas assujettis à la TVA.

Ils doivent cependant respecter certaines conditions et notamment des plafonds de facturation. En effet, les auto-entrepreneurs ne peuvent pas dépasser un certain seuil de chiffre d’affaires annuel. Ce seuil est fixé à 33 200 € pour les activités de vente de biens, d’objets ou de produits manufacturés et à 82 800 € pour les activités de prestation de services.

Si l’auto-entrepreneur dépasse ces seuils, alors il est soumis aux mêmes règles que les sociétés classiques et doit s’immatriculer au régime général de la TVA.

Auto-entrepreneur vs micro entrepreneur : quelle est la différence ?

Il existe deux types d’entrepreneurs en France : les auto-entrepreneurs et les micro-entrepreneurs. La principale différence entre les deux est la facturation annuelle. Les auto-entrepreneurs peuvent dépasser le seuil de chiffre d’affaires de 32 800 euros par an, mais les micro-entrepreneurs ne peuvent pas dépasser ce seuil. Voir l'article : Combien de mensualités pour un prêt de 170.000 € ? Les auto-entrepreneurs ont également un plafond de revenu annuel, qui est de 70 000 euros. Les microentrepreneurs n’ont pas de plafond de revenus.

Les auto-entrepreneurs comme les micro-entrepreneurs bénéficient du régime fiscal de l’entreprise individuelle. Cela signifie que les impôts sont calculés en fonction du chiffre d’affaires de l’entreprise. Les micro-entrepreneurs ont un taux forfaitaire de 8% de leur chiffre d’affaires, tandis que les auto-entrepreneurs ont un taux variable qui va de 0 à 45%.

Les micro-entrepreneurs peuvent dépasser le seuil de chiffre d’affaires de 32 800 € par an, mais ne peuvent pas dépasser le plafond de revenus de 70 000 €. Les auto-entrepreneurs n’ont pas de plafond de revenu.